layout.progressbar

Bienvenue dans le ventre de la Cité !

Au cœur du logis royal du château de Villers-Cotterêts, la cour du jeu du paume accueillera à bras ouverts les visiteurs de la Cité. Il suffira alors de lever les yeux vers le ciel pour découvrir une magistrale verrière, de laquelle des mots suspendus s’offriront aux visiteurs ébahis.

Un jeu de paume au cœur du Logis royal

Savez-vous que François Ier était un roi sportif, ou plutôt qui aimait le sport, en plus de sa pratique régulière de la chasse ? 

C’est ainsi que de récentes fouilles archéologiques menées par l’INRAP ont mis à jour, en plein cœur du Logis royal du château de Villers-Cotterêts, les vestiges d’un jeu de paume, considéré comme l’ancêtre de notre actuel tennis. Son emplacement permettait au roi d’assister aux parties depuis ses appartements dont les fenêtres donnaient directement sur l’aire de jeu ! 

Une surface d’une taille légèrement inférieure à deux cours de tennis, ceinturée d'un espace permettant aux spectateurs d'admirer les prouesses des joueurs. Ce qui au passage a donné l'expression "épater la galerie"... Cette cour du jeu de paume ne manquera pas d’épater à nouveau le futur visiteur de la Cité internationale de la langue française : couverte d’une impressionnante verrière qui abritera un ciel lexical, elle sera le cœur de la Cité !

La verrière de la cour du jeu de paume, un défi architectural technique et esthétique 

Pour sublimer cette cour du jeu de paume, tout en la protégeant et en en faisant un vrai lieu de rencontre des publics et de distribution des différents espaces de la Cité, l’architecte en chef des Monuments historiques, Olivier Weets, a imaginé et conçu une verrière unique en son genre qui a nécessité des mois de calculs intenses : 

  • des matériaux d’exception : 618 m² d’une structure acier, alliage de carbone et de manganèse, et de panneaux de verre fabriqués en Vénétie. Un système de filtre à motifs sérigraphiés sur le verre permet d’absorber 25 % de lumière et donc de chaleur.
  • une structure auto-stable : 60 tonnes de matériaux qui n’exercent aucune poussée latérale sur le patrimoine bâti grâce à un système d’appuis et de tirants spécifiquement adapté au lieu 
  • passé/présent : une architecture et des motifs en référence à l’époque Renaissance que l’on retrouve notamment dans l’escalier du roi : maillage en forme de losanges, ou encore légère courbure de l’ouvrage qui rappelle les voûtes typiques de l’époque
  • des hommes à la manœuvre : 2 équipes de 6 ouvriers de l’entreprise Eiffage ont œuvré à la mise en place de cette verrière, à 15 mètres de hauteur.

Le ciel lexical… « Des mots, toujours des mots, rien que des mots… »

Depuis la ville, après avoir traversé la cour des offices du château puis le porche d’entrée du logis royal, le visiteur pénétrera dans le lieu de vie central de la Cité : la cour du jeu de paume. 

Il sera interpellé par la centaine de mots qui lui feront face, suspendus à la verrière à 10 mètres de haut. Résultats d’une consultation menée avec les habitants de Villers-Cotterêts, ces mots reflètent la diversité de la langue française dans le monde. 

De l’argot aux figures littéraires du territoire en passant par des expressions régionales et francophones, on ne saurait vous divulgâcher la liste des mots de ce ciel lexical conçu par l’agence Projectiles. Vous découvrirez ces mots choisis à travers les rayons du soleil qui traverseront la verrière, ou à la nuit tombée quand certains d’entre eux seront illuminés grâce à des leds.

De la cour, vous pourrez ensuite partir à la découverte de l’aventure du français, faire une pause au café-salon de thé, flâner à la librairie-boutique ou pourquoi pas assister à un spectacle vivant sur les pavés de cet incroyable et unique atrium à vocation culturelle.

Et si on se donnait rendez-vous dans quelques mois dans la cour du jeu de Paume ?