layout.progressbar

Des fouilles archéologiques sur un chantier de restauration, mais pour quoi faire ? 

Conduites en plusieurs étapes suivant le déroulement des travaux, les fouilles permettent souvent des découvertes capitales qui renseignent sur l’histoire et les fondations des lieux ! Alors, qu’avons-nous appris sur les vies antérieures du château de Villers-Cotterêts avant qu’il ne devienne la demeure de François Ier ?

Un château sous le château….

Dans la cour des Dames et dans le jardin du Roi

Cour des Dames, chantier de fouilles © Pierre-Olivier Deschamps – Agence Vu’ / Centre des monuments nationaux

 

Réalisées entre mai et août 2020, les premières fouilles avaient pour objectif de renseigner les chercheurs sur le château médiéval, bâti par les comtes de Valois dès le XIIe siècle et dont nous ne disposions, jusqu’alors, d’aucune archive. 

Cour des Dames, fouilles archéologiques © Pierre-Olivier Deschamps – Agence Vu’ / Centre des monuments nationaux

 

Mission accomplie ! 

Ce sont bien les structures de ce premier édifice, aussi appelé la Malmaison et mis à sac par les Anglais au début du XVIe siècle, qui ont servi à la construction du logis royal sous François Ier. 

Les fouilles ont mis au jour les fondations d’une tour carrée dont personne n’avait connaissance, ont révélé l’importance du fossé, long de 14 mètres et d’environ 6 mètres de profondeur, qui protégeait l’édifice au Moyen Âge et indiqué l’existence d’un réseau de canalisations. 

En outre, l’exploration d’une fosse qui servait de latrine (l’ancêtre de nos toilettes) mais aussi de poubelles a permis la découverte de déchets culinaires, artisanaux et domestiques très précieux pour connaître les us et coutumes de l’époque.

En s’appuyant sur l’ensemble de ces éléments, les archéologues de l’INRAP ont pu reconstituer quelques plans du château médiéval.

Dans la cour du Jeu de Paume

Jeu royal de la paume, 1632 © Gallica BnF

 

Au cœur du Logis royal, les vestiges exhumés d’un premier jeu de paume témoignent de l’importance de ce divertissement à la cour du roi. 

Le jeu de paume de Villers-Cotterêts, mis à nu grâce à la première campagne de fouilles, serait même un « prototype » des nouveaux jeux de paume en vogue à l’époque. En effet, très prisés des élites, les jeux de paume trouvent leur place au sein même des riches demeures. Les terrains sont alors entourés de murs, bordés de galeries où l’on observe les joueurs rivaliser de dextérité pour ne pas « rester sur le carreau ». Pratique, ce nouvel aménagement permettait aussi au roi d’assister aux parties depuis ses appartements dont les fenêtres donnaient directement sur l’aire de jeu ! 

 

Dans la cour des Offices, l’ancienne basse-cour

Une deuxième campagne s’est achevée en février 2021 dans la cour des Offices, sur une surface de 3700 m². Ces fouilles ont révélé un grand bâtiment de plan rectangulaire, long de 18 mètres et large de 5 mètres, comprenant au moins trois pièces. Il est daté de la fin du Moyen Âge mais sa fonction reste, pour l’instant, inconnue.

 

Château de Villers-Cotterêts, cour des offices en cours de fouilles © Pierre-Olivier Deschamps – Agence Vu’ / Centre des monuments nationaux

 

Les fouilles archéologiques du château de Villers-Cotterêts sont menées par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et le service archéologique départemental de l’Aisne. 

Découvrez le projet de restauration et le projet architectural.

En savoir plus sur la future Cité internationale de la langue française.